Augmentation des concentrations de pollen d’aulne et de noisetier dans l’air

Publié le : 
Lundi, 15 janvier 2018
Last updated on 15-1-2018 by Wesley Van Dessel

Les concentrations de pollen d’aulne et de noisetier ont augmenté rapidement dans l’air de Bruxelles ce weekend. Depuis le début du mois de janvier, de petites quantités de pollen d’aulne et de noisetier ont été journalièrement récoltées dans notre capteur placé sur le toit de l’institut scientifique de santé publique à Bruxelles. Les conditions météorologiques favorables de ce weekend ont précipité l’augmentation des concentrations.   En effet, lorsque les fleurs sont matures et prêtes à libérer leur pollen dans l’air, les conditions météorologiques influencent fortement la dissémination du pollen dans l’air. Le vent et les températures clémentes favorisent la dissémination du pollen tandis qu’un temps pluvieux rabat les pollens aux sols diminuant les concentrations polliniques de l’air.

En général, les concentrations en pollen d’aulne et de noisetier deviennent plus intenses vers la fin du mois de janvier – début du mois de février.

Chaque saison pollinique est différente et il est difficile d’en prédire l’évolution. Toutefois, des tendances peuvent être observées. L’étude récemment menée par le service de mycologie et d’aérobiologie de l’ISP à portée sur 34 ans de récolte de pollen et indique que la période de dissémination du pollen d’aulne et de noisetier reste stable. Leur production annuelle de pollen, par contre, est plus intense au fil des ans. La saison du bouleau, quant à elle, tend à se terminer plus tôt mais avec des dépassements de seuil de concentration de 80 grains/m³ plus fréquents. Les données concernant les pollens de graminées, principaux responsables du rhume des foins, ont été également analysées. Sa saison pollinique glisse dans le temps : elle commence et se termine légèrement plus tôt. Son intensité semble moins importante avec les années.

Calendrier pollinique

Plusieurs vagues de pollinisation se succèdent tout au long de la saison.

De janvier à mars, nous voyons apparaitre les pollens de noisetier, d’aulne, d’if et de certaines cupressacées, suivi par les pollens du peuplier et du saule. Si avril annonce généralement le début de la saison pollinique du frêne et du bouleau, la véritable « saison du rhume des foins » commence bien souvent au cours de la seconde moitié du mois de mai et dure environ deux mois. Cette période correspondant à la période de pollinisation des graminées (sauvages et cultivées) est relativement longue à cause de la grande variété des espèces et la possible succession de plusieurs périodes de floraison. Dès la mi-juillet, les pollens d’armoise, plante herbacée commune des bords de chemin et terrains vagues, sont présents dans l’air. Les mois de juin et de juillet donnent donc du fil à retordre aux personnes allergiques.

Airallergy, seul réseau officiel de surveillance des pollens et spores fongiques en Belgique.

Depuis 1982, le réseau « Airallergy », coordonné par l’Institut Scientifique de Santé Publique (WIV-ISP), mène une surveillance quotidienne des pollens et spores fongiques en Belgique afin de diffuser des informations fiables aux personnes souffrant d’allergies et aux professionnels de la santé via son site internet www.airallergy.be.  

QR code

QR code for this page URL