Information sur la méningite à méningocoques

Institut Scientifique de Santé Publique (WIV-ISP), DO Santé publique et Surveillance - Maladies infectieuses au sein de la population générale
en collaboration avec
la Communauté française de Belgique - Direction Générale de la Santé
et
Institut Scientifique de Santé Publique (WIV-ISP), DO Maladies transmissibles et infectieuses - Maladies bactériennes  - Centre de Référence des méningocoques
mise à jour : juillet 2008


  1. Pourquoi une information sur la méningite?
  2. Qu'est-ce qu'une méningite?
  3. Comment une méningte se manifeste-t-elle?
  4. Que faire en cas de suspicion de méningite?
  5. Comment une méningite bactérienne se transmet-elle?9
  6. Où rencontre-t-on des méningites à méningocoques en Belgique?
  7. Qui peut attraper une méningite bactérienne?
  8. Quand peut-on attraper une méningite à méningocoques?
  9. Quel est le traitement d'une méningite bactérienne?
  10. Y a-t-il un vaccin contre la méningite bactérienne?
  11. Que faire s'il y a un cas de méningite bactérienne dans une famille ou une communauté?
  12. Quelques conseils pratiques
  13. Pour plus d'informations

1. Pourquoi une information sur la méningite?

Tout le monde peut à tout moment et partout attraper une méningite. Connaître les symptômes de la méningite peut être important pour sauver une vie.
L’objectif de cette plaquette est de diffuser une information concernant la méningite, et en particulier la méningite à méningocoques dont la fréquence a fortement augmenté en 2001.
L’I.S.P. (Section Epidémiologie) centralise la surveillance des maladies infectieuses par un réseau de laboratoires vigies, dont les infections responsables des méningites; le laboratoire de référence des méningocoques (I.S.P. - Section Bactériologie) apporte un précieux complément d’informations à cette surveillance.
Le nombre de cas de méningites confirmés par ce labo-ratoire de référence a tendance à diminuer depuis 2002 (cfr Figure 3).

Année
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
N
119
144
133
199
210
246
229
297
267
380
262
228
157
171
138
160
111


2. Qu'est-ce qu'une méningite?

Une méningite est une inflammation des méninges; elle peut être causée par plusieurs types de bactéries ou de virus :
  • la méningite bactérienne est rare mais elle peut être très grave et nécessite une antibiothérapie d'urgence; il y a 3 germes qui peuvent provoquer une méningite : les méningocoques, les pneumocoques (qui sont surtout responsables des pneumonies) et les H. influenzae (type b) (Hib). Ces germes peuvent aussi provoquer une septicémie, c.à.d. une infection du sang; cette forme est généralement plus grave que la méningite.
  • la méningite virale est plus fréquente, moins grave et ne se traite pas par antibiothérapie.
Les symptômes sont identiques, seule une analyse peut déterminer le type de méningite.


3. Comment une méningite se manifeste-t-elle?

Pour les enfants, les jeunes et les adultes, plusieurs symptômes peuvent être présents séparément ou simultanément : maux de tête, fièvre, vomissements, raideur de la nuque, douleurs articulaires, envie de fuir la lumière (photophobie), éruption cutanée (apparition de taches rouges), confusion ou somnolence, voire coma.
Pour les bébés, ces symptômes sont moins marqués : on retiendra l'accès brutal de fièvre accompagné parfois de convulsions, de vomissements et d'éruption cutanée (apparition de taches rouges). Il faut également être attentif aux modifications du comportement : refus de nourriture, irritabilité, gémissements, apathie et somnolence, difficulté à se réveiller.
La méningite peut progresser en 1 ou 2 jours, parfois en quelques heures; le patient devient très malade.


4. Que faire en cas de suspicion de méningite?

Appeler le médecin traitant et s'il n'est pas disponible, aller à l'hôpital le plus proche.


5. Comment une méningite bactérienne se transmet-elle?

Les bactéries pouvant causer une méningite sont très communes et vivent naturellement dans le fond de la gorge ou dans le nez. Elles se propagent de personne à personne, suite à un contact étroit, direct et prolongé, par les sécrétions de la gorge (en toussant, en éternuant, en s'embrassant) et/ou par les sécrétions du nez (en se mouchant). La méningite ne se transmet donc pas par la piscine. Après contamination, il peut y avoir entre 2 et 10 jours avant que les symptômes apparaissent.
Les personnes de tout âge peuvent être porteuses de germes pendant des semaines, des mois sans être malades. Etre porteur aide l'organisme à acquérir une immunité naturelle. Ce n'est qu'à de rares occasions (état de fatigue, de faiblesse, par ex. rhume qui traîne) que les bactéries prennent le dessus sur les défenses du corps et causent une méningite. La propagation de la méningite est surtout observée dans les communautés fermées (ex. : familles, crèches, écoles, internats, quartiers à forte densité de population).


6. Où rencontre-t-on des méningites à méningocoques en Belgique?

En 2008, le laboratoire de référence des méningocoques a diagnostiqué des cas de méningite dans presque tous les arrondissements du pays. Toutefois, il est à noter que 49% des cas ont été observés en Flandre, contre 36% en Wallonie et 15% à Bruxelles (Figure 1).
Figure 1 :
Répartition par arrondissement de l'incidence (N/100.000 habitants) des méningites à méningocoques (2008)
Source :
Laboratoire de référence des méningocoques (I.S.P.)


7. Qui peut attraper une méningite bactérienne?

Il est possible d'attraper une méningite ou une septicémie à tout âge.
Chez les enfants de moins de 4 ans, on observe surtout la méningite à H. influenzae (type b).
La méningite à méningocoques est la cause la plus fréquente de méningite et de septicémie à tout âge : la majorité des infections est observée chez les très jeunes enfants mais depuis quelques années, on a également observé plusieurs cas chez des jeunes de 15 à 19 ans et chez des adultes (Figure 2).
Les jeunes enfants mais surtout les personnes âgées peuvent aussi présenter une méningite à pneumocoques.
Figure 2 :
Répartition des méningites à méningocoques par âge (2008)
Source :
Laboratoire de référence des méningocoques (I.S.P.)


8. Quand peut-on attraper une méningite à méningocoques?

On peut attraper une méningite à méningocoques à tout moment de l'année (Figure 3).
Figure 3 :
Répartition des méningites à méningocoques par mois (1992-2008)
Source :
Laboratoire de référence des méningocoques (I.S.P.)


9. Quel est le traitement d'une méningite bactérienne?

Les antibiotiques sont utilisés pour traiter la méningite bactérienne; le traitement administré dépend du germe en cause.


10. Y a-t-il un vaccin contre la méningite bactérienne?

Il n’y a pas encore de vaccin qui protège contre toutes les sortes de méningite bactérienne.
  • Il existe depuis peu un vaccin contre la méningite à H. influenzae (type b). Ce vaccin fait à présent partie du programme de vaccination de tous les bébés : il peut être administré en même temps que ceux contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et la polio .
  • Il n’y a pas de vaccin qui protège contre la méningite à méningocoques la plus fréquente en Belgique, à savoir la méningite du groupe sérologique B (en 1996, 91%; en 2008, 83%). Depuis janvier 2001, un vaccin conjugué contre les infections à méningocoques du groupe C (33% des cas en 2000, 49% en 2001, 35% en 2002, 22% en 2003 et 12% en 2008), capable de protéger les enfants dès l’âge d’un an, est commercialisé. Il existe aussi un vaccin tétravalent contre les groupes A, C, Y, W135 mais qui n’est efficace qu’à partir de l’âge de 2 ans; ce vaccin est recommandé avant un voyage dans un pays tropical .
  • Il existe 2 vaccins qui protègent contre la méningite à pneumocoques : l’un pour les personnes de plus de 65 ans ou affaiblies par une affection sous-jacente et l’autre pour les enfants dès l’âge de 2 mois.
Pour plus d'informations à ce sujet, contactez votre médecin ou consultez le site du Conseil Supérieur d'Hygiène


11. Que faire s'il y a un cas de méningite bactérienne dans une famille ou une communauté?

Lors d'une méningite à méningocoques et parfois lors d'une méningite à H. influenzae, on conseille une antibiothérapie aux membres directs de la famille et à toute personne qui est en contact étroit avec la personne malade; cette antibiothérapie réduit mais ne peut supprimer le risque d'attraper la maladie. Il y a lieu de rester vigilant durant 1 mois.
Les contacts tant en milieu d'accueil qu'en milieu scolaire ou de travail présentent un risque moindre qu'en milieu familial mais des mesures spécifiques (antibiothérapie de prévention) sont prévues tant par l'O.N.E. que par la Médecine Scolaire et par la Médecine du Travail en vue de protéger les différents types de collectivité.


12. Quelques conseils pratiques :

  • En cas de forte fièvre et/ou d'éruption cutanée (taches rouges), prendre contact avec votre médecin ou aller à l'hôpital.
  • Prendre les antibiotiques en respectant la posologie et la durée de traitement conseillées par le médecin.
  • Vacciner les jeunes enfants contre la méningite à H. influenzae (type b), à pneumocoques et à méningocoques (groupe C) ainsi que les personnes âgées contre celle à pneumocoques.
  • Signaler le cas au directeur de l'école ou de la crèche.
  • Eviter de boire dans le verre et de manger avec les couverts de la personne malade.
  • Se laver les mains le plus souvent possible, après s'être mouché ou avoir éternué.

Pour plus d'informations

WIV-ISP - DO Santé publique et Surveillance - Maladies infectieuses au sein de la population générale
Dr E. Gurning, tél. : 02/642.57.35

WIV-ISP. - DO Maladies transmissibles et infectieuses - Maladies bactériennes - Centre de Référence des méningocoques
Mme F. Carion, tél. : 02/642.50.89
http://www.wiv-isp.be/bacterio (reports)

Cette plaquette est disponible à l'adresse suivante :
WIV-ISP - DO Santé publique et Surveillance - Maladies infectieuses au sein de la population générale
Rue J. Wytsman, 14 - 1050 - Bruxelles
Mme G. Ducoffre, tél. : 02/642.57.77